Info du Jour : Pas d’abonnement car publication automatique toutes les semaines

25 – Naja : Etude de Cas n°3 – Le Suicidaire

C’est reparti pour la suite et aujourd’hui on traite le cas de l’être qui voulait mourir. Une grande majorité d’entre nous sont passés par ces moments où le suicide semble une porte de délivrance. Bien entendu, si vous me lisez maintenant c’est que vous n’êtes pas passé à l’acte où que cela a foiré.

Ce qui est super méga intéressant dans ce livret n°3 c’est qu’il y a l’explication claire, nette et rationnelle du pourquoi cela n’est pas une solution à vos problèmes mais, au contraire la multiplication au centuple d’où souvent l’intemporel conseil : ne le fait surtout pas.

Hé oui, ce n’est pas qu’il y a un méchant de l’autre côté du voile pour te punir d’avoir fuit tes responsabilités de Créateur Incarné mais un autre souci majeur. Aussi, détrompez-vous, je ne vais vous donner cet élément de réponse car Naja l’a énoncé avec clarté et c’est à vous de le découvrir par vous-même.

Dernières Publications

Commentaires

8 réponses

  1. Bonjour Laurent et merci de nous ouvrir les yeux sur le tabou que peut être la mort et le suicide.
    Si la personne arrive en fin de vie consciente et qu’elle souffre physiquement, l’acharnement thérapeutique et/ou l’euthanasie deviennent alors la responsabilité et la leçon en découlant des proches impliqués mais pour cette personne qui souffre ce n’est déjà plus son problème même si elle est victime des décisions qu’on prend à sa place ?

    1. Il est évident que l’euthanasie n’est pas de l’ordre de l’abandon de la vie pour des raisons psychologiques (en gros le suicide) mais cela de la raison d’une souffrance « matérielle ». Dans ce cas, ce n’est pas un abandon parce que le mental-égo en a marre mais que ton corps physique lui même n’en peut plus.

      Si je prends un exemple de véhicule. Tu es le chauffeur d’une voiture en état de marche et tu décides de prendre le fossé alors c’est un suicide. Par contre si c’est a voiture elle-même qui par son état de fonctionnement critique provoque une avarie qui t’envoie dans le décor, ce n’est pas la même chose.

      Le second point est la vitesse qui rentre en compte : quand c’est rapide on dit que c’est un suicide et quand c’est plus lent, on ne dit rien. En effet, nous sommes tous des suicidaires car tous nous avons nos péchés mignons qui vont flinguer le véhicule. On peut commencer par la malbouffe, l’alcool, le tabac, les drogues, les médocs, les vaccins, etc… qui , au final, aideront le suicidaire à raccourcir son expérience terrestre selon l’intensité/quantité qu’il en prendra.

      Donc plus tu cumules ces différents ingrédients et plus vite tu feras une sortie du jeu. Il suffit de nous regarder nous-même pour voir combien on va vite dans les excès dès que l’on a souci. Pour l’amoureux malheureux c’est direction le frigo, pour l’insatisfait c’est la drogue, l’alcool et le tabac, pour le peureux ce sera les médocs, les vaccins (bref ce qui est en rapport avec les blouses blanches).

      Bref, la liste est longue et c’est normal puisque s’incarner en ce monde de 3D ou l’apprentissage est la raison majeure. L’expérience démontre que l’apprenti est loin d’être sage alors il est pardonné aux suicidaires version « lente » tandis que pour la version « rapide » là, ce n’est pas fair-play puisque délibérément ton mental-égo refuse et récuse le contrat lui-même. Bref, dans l’affaire, il croit s’en sortir mais c’est tout le contraire. Il est donc plus « sage » d’aller jusqu’au bout quoi qu’il en coûte en démontrant par les faits que l’on est un guerrier venu conquérir sa pire maladie : l’ignorance.

    2. bonjour Daniel . En Belgique l’euthanasie est officielle . Mon mari apprêt avoir luté 3ans contre un cancer du poumon , à fini avec un cancer généralisé . Il a refusé l’acharnement thérapeutique et à fait le nécessaire pour l’euthanasie .
      Cela se passe de la façon suivante : il faut demander à la mairie les papiers en 3 exemplaires ; un pour la famille , un pour le médecin et un pour la mairie . Il faut deux ou plusieurs témoin en dehors de la famille . la demande est valable sur 5 ans , renouvelable ou on peut l’annuler .
      Le moment venue le malade lui même demande l’intervention , ou s’il est inconscient , la décision reviendra au médecin traitant qui respectera la volonté de son patient . La famille ne décide pas . Soit cela se passe à l’hôpital ou chez soi . Mon mari préférait rester à domicile . Dans ce cas selon le choix des familles , on réuni autour du malade les membres de la famille et les amis pour un dernier aurevoir . Le médecin traitant arrive avec un médecin qui est seul à avoir la piqure . Ce médecin demande au malade s’il désire toujours partir ou s’il veut changer d’avis ? S’il ne change pas d’idée , ce médecin pratique une 1° piqure pour endormir le malade après un certain temps il fera la piqure fatale qui est instantané !
      Oui la fin de vie peut être terrible dans la souffrance physique , les responsables des soins palliatifs font leurs possible au mieux … mais … Je me demande ce que je ferais pour moi même ?
      Notre fille avait fait une semaine de jeune et de méditation en demandant à l’esprits de l’Univers de venir chercher son papa HEUREUSEMENT il est parti naturellement . Namasté

    1. MERCI à toi chris69, je la suis depuis un certain temps , mais celui là je ne l’avais pas encore vue . Important passage sur la colère fdc

      1. De rien Pel j’aime beaucoup arwen et son côté brut de décoffrage comme notre plombier national. Sur youtube tape alliance alchimique pour voir tous leurs lives . Le prochain le 15/01

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Attention : Tous les commentaires sont modérés alors inutile de vous attendre que votre commentaire soit publié instantanément alors ne le faites pas en double ou en triple en pensant que c’est un bug informatique. Merci d’avance.

Cette mesure est prise afin d’éviter la dérive inévitable vers le manque de respect envers ce site et tous ses lecteurs. Nous savons tous que la haine, l’agressivité par l’attaque ne sont que des réactions  mentalo-égotiques dûes à la peur du changement. Ces commentaires seront donc systématiquement non publiées.